Francia: La “guerrilla urbana” continua.

Aunque apenas se hable ya de ella en España. Sucedió ayer en Montfermeil, una pequeña ciudad situada en el extraradio parisino. Los disturbios se sucedieron entre las 22:30 y las 02:30. Sólo quemaron cuatro coches esta vez. El detonante fue la denuncia de un joven que había atacado a un conductor de autobús. El alcalde de Montfermeil, Xavier Lemoine (de UMP, derecha) fue testigo presencial e identificó al joven. Los disturbios comenzaron con ataques a la casa del alcalde, en la que estaban su mujer e hijos:

Le retour à la normale a été observé à 02H30, après que des incidents ont éclaté vers 22H30 dans le quartier des Bosquets suite à l'interpellation d'un jeune lundi après-midi, selon la police. Selon l'entourage du maire Xavier Lemoine (UMP), ce jeune serait l'auteur présumé de l'agression d'un chauffeur de bus, il y a quinze jours, à Montfermeil, dont le maire avait été témoin. Le récit du maire, qui s'était interposé, avait permis l'identification de l'agresseur présumé. Son interpellation aurait mal tourné lundi après-midi.

Les affrontements ont démarré devant le domicile du maire, à une cinquantaine de mètres de la cité des Bosquets. Des jeunes ont commencé à secouer la grille d'entrée et à caillasser la maison où se trouvait l'épouse de Xavier Lemoine et ses enfants, tandis que le maire était à l'Hôtel de ville.

Son un signo revelador del derrumbe del estado de derecho en Francia.

La République n'existe plus à Montfermeil

4 comentarios

  1. Llegará en día en que le habrá que llamar así. En la noticia referida dicen:

    > Les violences n’ont jamais cessé à Montfermeil, malgré les tours de passe-passe statistiques du ministère de l’intérieur sur la définition des «violences urbaines».

    Es decir, lo rebajan a un genérico «violencia urbana».

Responder a Homero Cancelar la respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.


*